Historique de la Clinique Monceau

La Clinique a ouvert ses portes en 1970 et a bénéficié d'une extension en 1978 qui a permis de mettre en place le service de dialyse et de continuer à développer la chirurgie et la médecine.
Des programmes de modernisation et d'embellissement ont eu lieu régulièrement.

En 2000, le bloc opératoire a été entièrement reconstruit et le service de dialyse s'est agrandi avec 12 postes d'autodialyse assistée, pour devenir le plus grand centre privé de prise en charge de l'insuffisance rénale chronique à Paris.
En 2003, l'accueil et les services de consultation ont été entièrement rénovés.
En 2004, la clinique a reçu sa première accréditation qualité V1.
En 2008, le service de dialyse a été entièrement reconstruit et s'est étendu pour accueillir une unité de dialyse médicalisée de 6 postes.

En février 2009, la clinique a passé son accréditation V2, sans réserve.
En mars 2009, le service de surveillance continue, opérationnel depuis 1978, a obtenu la reconnaissance définitive de son statut.
En mai 2009, la clinique a reçu une nomination aux Trophées de l'innovation médicale de la Fédération de l'Hospitalisation Privée pour la mise en œuvre des technologies de traitement des varices par radio-fréquence.
En octobre 2009, une RCP (Réunion de Concertation Pluri-disciplinaire) est mise en place dans le cadre du traitement des cancers afin d'assurer aux patients une price en charge optimale et coordonnée en les différentes spécialités.
Le 1er janvier 2010, le plan cancer piloté par l'Inca a reconnu l'établissement comme centre de traitement chirurgical du cancer pour l'urologie, la gynécologie, les pathologies mammaires et les tissus mous.
En février 2010, la clinique est devenue associé de la maternité Sainte-Thérèse, établissement voisin, afin de développer une offre de sons en gynécologie médicale et chrirugicale, obstétrique et cancérologie.
En 2011, la clinique a rénové toutes les parties communes d'hospitalisation, les circuits logistiques et les chambres doubles pour améliorer la sécurité et la qualité d'accueil des patients.
Entre 2012 et 2014, l'établissement a procédé à la rénovation des accueils généraux et spécialisés (soins urgents), à la mise en place d'une gestion totalement informatisée et sécurisée du parcours patient, et à la modernisation des chambres seules et premium afin d'améliorer encore le confort hotelier.
En 2014 la clinique a refaiit une grade partie du bloc opératoire, et créé une salle hybride permettant la pratique de radiologie interventionnelle et vasculaire sous contrôle radiologique avec la constituion d'un plateau technique de premier plan.
En 2015 la clinqiue a procédé au rachat dla la Clinique TURIN, établissemtn voisin et totalement complémentaire, donnant ainsi naissance au premier groupe indiépendant d'hispitalisaiton privée dans Paris.
En 2016 et 2017, la clinique à procédé à la construction d'une nouvelle unité ambulatoire permettant la mise en oeuvre de technique de prise en charge en fast track ou RAAC (réhabilitation améliorée apr!s chirurgie) qui ont pour objet de raccoucir les délais de séjour tout en garantissant le meilleur niveau de sécurité pour les patients.

Image de modernité et d'humanisme, la Statue de la Liberté accueillant nos visiteurs est porteuse d'une symbolique forte pour une clinique privée indépendante, ses médecins libéraux ainsi que les patients qui nous accordent leur confiance.

HIER...

Approchons nous, à l'aube de l'année 1880, du quartier de la plaine Monceau. La petite rue de Chazelles a gardé son charme de vieux faubourg parisien.

A côté des vieilles échoppes artisanales, de grands ateliers viennent de naître. Nous arrivons à hauteur d'un de ces grands ateliers où règne une importante animation : nous sommes le 24 octobre 1881 et les ateliers de MM. Gaget, Gauthier et Cie, constructeurs mécaniciens 25, rue de Chazelles sont de la fête. Les bâtiments sont pavoisés aux couleurs de la France et des Etats-Unis. II s'agit de la pose du premier rivet devant servir à réunir à son socle la gigantesque statue du sculpteur Auguste Bartholdi : « La Liberté éclairant le monde » destinée à être érigée à l'entrée du port de New York. C'est en effet pour célébrer le centième anniversaire de l'Indépendance des Etats-Unis que la France, par la main de Bartholdi, décide d'élever ce monument historique.

Mais entrons par le 23 de la rue de Chazelles : c'est l'atelier de modelage. Les plâtriers y sculptent les agrandissements des différents éléments de "Miss Liberty ". C'est aussi au 21 de la rue que l'on retrouve l'atelier personnel de Bartholdi, où il installera son domicile afin de mieux surveiller les travaux. Dans une autre partie de l'atelier, qui correspond au 23 de la rue de Chazelles, c'est l'antre de Vulcain. Les ferronniers forgent les éléments du squelette, sous les directives de Gustave Eiffel, et les dinandiers façonnent les plaques de cuivre qui constituent l'enveloppe.
II faut attendre le début de l'année 1884 pour que le dimanche, de nombreux parisiens, pénétrant par la porte du 25, rue de Chazelles, viennent visiter l'atelier où la statue a pris forme. Sa tête s'élève alors très haut au dessus des toits de Paris. La Statue est ensuite démontée et début 1884, elle prend le train puis le bateau jusqu'à New York. L'inauguration a lieu le 28 octobre 1886, Bartholdi lui-même dévoile la statue et l'on alluma la torche à l'endroit même où, il y a un peu plus d'un siècle, cette grande dame, symbole d'une grande idée, a fait ses premiers pas.
Aujourd'hui, sur le site où fut construite la 'Liberté éclairant le monde' s'élève la Clinique Internationale du Parc Monceau, encore guidée par l'esprit de modernité de "Miss Liberty".

> Plus d'infos sur la Statue de la Liberte.